Retrouvez-nous sur linkedin Audit énergétique Lille 59000
Air amiante Albert 80300

Vers une intégration des vagues de chaleur dans le DPE

Publié le 10 Juillet 2024

L’Agence de la transition écologique (ADEME) recommande l’inclusion progressive de l’adaptation aux vagues de chaleur dans le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE). Cette suggestion fait partie de l’avis « Vagues de chaleur : la climatisation va-t-elle devenir indispensable ? » publié en juin 2024. Le DPE, principalement axé sur l’efficacité énergétique, pourrait ainsi jouer un rôle crucial dans la préparation des bâtiments aux changements climatiques.

Les vagues de chaleur, de plus en plus fréquentes, posent des problèmes de santé et augmentent la mortalité. Environ 26 % à 27 % des bâtiments sont déjà situés dans des zones sujettes à des températures élevées, un chiffre pouvant atteindre 61 % à 65 % sans mesures d’atténuation. Pour contrer ces effets, la climatisation devient indispensable. La production d’électricité photovoltaïque prévue pour 2035 devrait suffire à alimenter ces systèmes, sous réserve de respecter certaines contraintes horaires et de température. Cependant, l’utilisation des climatiseurs entraîne des conséquences négatives comme l’aggravation des îlots de chaleur urbains, l’augmentation des factures énergétiques, les émissions de gaz à effet de serre et les nuisances sonores. La rénovation énergétique est donc essentielle pour adopter des solutions passives, réduisant ainsi la dépendance à la climatisation.

L’intégration du confort d’été dans la politique de rénovation

L’ADEME souligne l’importance d’inclure la gestion des surchauffes dans toutes les rénovations. Cela implique des mesures comme l’installation de protections solaires extérieures, l’isolation des bâtiments, l’aération nocturne et l’utilisation de systèmes de refroidissement efficaces énergétiquement. En intégrant ces éléments, on assure non seulement le confort d’été, mais aussi une meilleure résilience des bâtiments face aux vagues de chaleur. La nécessité d’adapter le DPE pour qu’il inclue la résilience climatique est également soutenue par d’autres rapports, notamment ceux de la Cour des comptes et du Haut Conseil pour le climat. L’Institut Français pour la Performance du Bâtiment (IFPEB) recommande que toute rénovation visant à améliorer le DPE prenne en compte la résilience aux canicules, aux sécheresses, aux inondations et autres catastrophes climatiques.

La nouvelle directive sur la performance énergétique des bâtiments insiste également sur la résilience climatique dans les projets de rénovation. Adapter le contenu du DPE permettrait de mieux informer les acheteurs et locataires sur la résilience de leurs futurs logements et de les aider à planifier les travaux nécessaires pour s’adapter aux changements climatiques.

En intégrant l’adaptation aux vagues de chaleur dans le DPE, on renforcerait la résilience des bâtiments face aux impacts du changement climatique. Cette évolution aiderait les occupants à mieux anticiper les besoins en rénovation, tout en contribuant à une meilleure gestion énergétique et à la préservation de la valeur des biens immobiliers.

Retour aux actualités
Nos avantages et services
Pourquoi faire appel à EX’IM LILLE / ATHOS SOLUTION ?